La courbe du deuil


Les entreprises vivent parfois des moments très difficiles... et les raisons peuvent être multiples...

Dans un contexte de "crise aiguë" : perte de gros clients, arrêt instantané d'un projet, chômage partiel, licenciement, rachat de l'entreprise, divorce, rupture, etc... l'attitude des managers va devenir déterminante.
Une des forces essentielles des Grands Managers se révèlera dans leur capacité à bien accompagner leurs collaborateurs, autrement dit, aider leur équipe à "faire le deuil" d'une situation qu'elle subit de plein fouet !
Quelles sont les étapes de cette démarche difficile, et pourtant incontournable,indispensable, avant de pouvoir vivre à nouveau sereinement ?

"Faire le deuil" est le processus d'adaptation psychologique d'un individu face au choc qu'il vient de subir, quelle qu'en soit la nature.
Il va alors passer par différentes étapes, assez bien identifiées, dès lors qu'il est accompagné dans cette démarche par une tierce personne.

Elisabeth Kübler-Ross (née en 1926 à Zurich en Suisse et décédée en 2004),psychiatre et psychologue américaine, fut une pionnière de l'approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie, et, de l'accompagnement aux mourants.

Elle a accompagné des milliers de personnes en fin de vie, et fut la première à étudier et formaliser les différents stades par lesquels passe une personne lorsqu'elle apprend qu'elle va mourir, mais également comment réagit l'entourage après le décès d'un proche.

Personnalité unanimement reconnue comme l’une des plus influentes du XXe siècle, le docteur Elisabeth Kübler-Ross, professeur de médecine du comportement, fut l'auteur du best-seller "Les Derniers Instants de la vie" (Labor et Fidès, 1996).
Dans ce livre, elle retrace toutes les étapes de la fin de vie.



Elle rédigea de nombreux autres ouvrages sur ce thème, en voici quelques-uns :
"Autant se dire au revoir" édité en 2005 -
Livre dans lequel elle prône le retour des mourants chez eux, auprès des leurs, afin d'aider les familles à mieux surmonter l'épreuve universelle de la mort et du deuil.
"Accueillir la mort guide". 2002
Un dialogue avec les familles et le personnel soignant qui se trouvent confrontés aux derniers moments de leurs proches ou de leurs patients.

"La mort est une question vitale". 2000
Elle y explique pourquoi une société qui nie la mort disparaît.

- "Vivre avec la mort et les mourants". 1999
Quel rôle peuvent jouer les proches, les médecins, les infirmières, les psychothérapeutes, les membres du clergé ?

" La mort porte de la vie". 1995
Un hymne à l'amour et à la vie".

"La mort : dernière étape de la croissance". 1° édition 1975.
Les étapes de l'acte de mourir s'appliquent à tout changement significatif (retraite, changement d'emploi, de ville, divorce).
Qui peut affronter et comprendre sa mort ultime peut, peut-être, apprendre à affronter et à traiter les changements qui se produisent dans sa vie.

" Quand la peur laisse place à la compréhension, il devient évident qu'accepter la mort et le mourir, c'est déjà vivre plus pleinement le temps qui nous est donné".


Quelles sont les étapes de cette "courbe du Deuil" qu'il est indispensable d'entendre, sans aucun jugement, pour aider une personne confrontée à un choc ?

Sans vouloir jouer les psychologues professionnels, nous avons tous un rôle à jouer, en étant à l'écoute de ce que ces personnes expriment ...

........................

Cette courbe du deuil se divise en deux phases : une phase de descente, puis une phase de remontée avec différentes étapes :

La Phase de descente.

Le deuil commence toujours par un choc.

Le choc de la perte (quelque soit cette perte)
une phase de sidération et une descente aux enfers.
Si le moment de la perte n’est pas perçu, le travail de deuil ne peut pas s’engager !.

Première étape : Le déni, le refus, la négation
Cette étape est d’autant plus fortement ressentie que l’attachement est rompu de façon soudaine et inattendue.
« c’est pas possible, pas moi, pas maintenant »
« non..…c'est impossible, vous vous trompez... »




Seconde étape : la colère
Cela se manifeste plus ou moins fort suivant les personnalités.
Cela va du ronchonnement, à l'accusateur, jusqu'à la fureur...
« ce n’est pas juste »,
« ils n’avaient pas le droit »,
« pourquoi moi ? »


Troisième étape : La Peur et la dépression
Peur pour soi, ou peur pour les autres, peur ponctuelle, ou angoisse globale.
Le monde apparaît comme une source de dangers insurmontables.
Ici apparaîssent les problèmes très concrets :matériels, mobilité, argent...voire même de négociation et de marchandage
« qu’est-ce que je vais devenir ?»,
«comment vais-je faire face ?»,
«oui, mais…bon...»


Quatrième étape :La Tristesse
Étape décisive et difficile pour affronter la réalité, car on prend conscience de ce qui a été fait, et qu’il n’y a plus rien à faire.
C'est souvent là, que l'on ne dit plus grand chose, et que les larmes sortent comme une libération.

La Phase de remontée : On sort de l’impasse, l’espoir renaît !

Première étape : L’acceptation.
Dans cette démarche d’acceptation, la personne qui vit le deuil passe au premier plan, et n'est plus l’objet du deuil
« C’est dur mais c’est ainsi, et je vais continuer à vivre le mieux possible. »,
« Bon et moi maintenant !.. enfin ! ».


Deuxième étape: Le Pardon
Pardon à soi-même, renoncer à l’illusion de la toute puissance, ne plus se laisser envahir par la culpabilité.
Puis, vient le pardon aux auteurs de la perte.
« De toutes façons, ils n'avaient pas le choix... »,
« A sa place, j'aurais peut-être fait la même chose...»


Troisième étape :Quête du sens et de renouveau
Révélation du cadeau caché : « grâce à tout, j’ai pu... »
Il s’agit de reconnaître et d’accepter que le deuil a permis de faire des choses non envisageables dans l’ancienne situation.

Quatrième étape : La Sérénité
La personne a fait la paix avec ce moment de vie sans excès d’émotion.
Elle vit dans le présent, et ce qui lui arrive dans son quotidien a plus de valeur que le passé.
Si un nouveau projet se dessine, la personne est capable d’y adhérer et même d'en être moteur.

«... et si je ... »



Chaque deuil relève d’une démarche singulière, mais nécessite de passer par ces différentes étapes.
Sachant qu'il est pratiquement impossible de passer du choc à la sérénité !


Par contre, plus l'accompagnement d'un tiers (c'est encore plus fort si cette personne a du crédit auprès de la victime) est effectué très vite après le choc, plus rapidement les étapes seront passées.

Allez, au plaisir de vous lire...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.point-fort.com/index.php/trackback/282

Haut de page