Le "sens" du travail...


Mais le travail est – il véritablement une valeur ?

Troisième volet de quelques réflexions développées par André Comte-Sponville, lors d’une récente conférence (j'y étais aussi !!).
Ce Philosophe et enseignant français, né en 1952, est l'auteur de nombreux ouvrages qui, par leur clarté et leur pédagogie, mettent la philosophie à la portée de tous.
Extraits de ses propos parfois déroutants mais pleins de bon sens …

Le "sens" du travail

On entend de plus en plus souvent, les politiques dirent que la valeur du travail, ne cesse de baisser surtout chez les jeunes. Bien, mais le sens du mot VALEUR, quel est-il ?

S’agit-il de la valeur au sens Moral, ou de la valeur au sens Economique ?

Cela ne peut pas être la valeur au sens économique, car tout en réduisant le temps de travail (avec le passage au 35 heures) , les salaires ont été maintenus.
Le coût du travail a donc augmenté, il n’a même jamais été aussi élevé.

Dans leur propos, la baisse de la valeur du travail doit donc être liée à la valeur Morale du travail.
Or, pour une grande majorité de salariés, encore une fois surtout les plus jeunes, le travail n’est pas considéré comme une valeur.

Ils ont probablement raison, et je souhaiterais vous aider à comprendre pourquoi.

N’attendez pas une leçon de morale de ma part, expliquant que les salariés sont payés pour travailler et qu’à ce titre, ils doivent respecter leur travail…et l’entreprise qui les emploie !

La thèse principale de mon propos est la suivante :
Le travail n’est en aucun cas une valeur morale, puisque ce n’est pas une fin en soi…
Le travail est simplement un moyen d’agir qui doit avoir un sens.


…/…
Le travail n’est pas une valeur morale !!!
et je souhaiterais l’illustrer à travers trois exemples :

Premier exemple : La fête du 1er mai

C’est la fête du travail... un jour payé où l’on ne travaille pas !
Pourtant il n’existe pas de fête de la justice, qui serait un jour où l’on pourrait être totalement injuste !...
Il n’existe pas non plus de fête de la générosité, où l’on serait pendant une journée totalement égoïste !...
Il n’existe pas, que je sache, de fête du jour de fête, qui serait un jour où les fêtes seraient interdites !...


Deuxième exemple : Les vacances des salariés

Elles sont payées sous forme de congés payés, à minima, 5 semaines selon la loi !

Cela veut donc dire que tout travail mérite le repos…
Pourtant on ne peut pas dire que :
- toute justice mérite des injustices,
- toute générosité mérite de l’égoïsme,
- toute fête mérite des semaines de tristesse...


Troisième exemple : Le salaire

Pour aimer... vous demandez combien ?
Si je vous dis cela, vous allez me prendre pour une prostituée !


Mais L’amour, pas l’acte en lui-même, cela ne se paye pas.
Pour être généreux, est-ce que l’on paye ? Non !
Pour être juste, est-ce que l’on paye ? non ! (Ce serait de la corruption...)

Pour le travail, est-ce que l’on paye ? Oui et ô combien !
C’est même une chose essentielle qui se mesure en bas à droite sur la fiche de paye !

Or, une valeur morale n’a pas de prix ; le travail, lui, a un prix !

Il n’y a pas un marché de la valeur morale, alors qu’il y a un marché du travail !
Le travail n’est pas une valeur morale, mais il a une valeur ...qui est marchande, qui se négocie, et donc,à ce titre, a un prix.
Mesdames et Messieurs, cela ne sert donc à rien pour motiver les Hommes de leur faire des leçons de morale sur les valeurs du travail....cela n’a aucun sens !
Car le travail, n’est en aucun cas, un but en soi qui donne du « sens », mais une valeur morale, oui !

…/…

La bonne question que l’on pourrait par contre se poser, c’est : « A quoi bon travailler ? » comme le disent souvent les jeunes…
Ça, c’est une excellente question …car le travail n’est qu’un moyen pour atteindre un but, mais quel But ?

En fait, on ne vit pas pour travailler, on travaille pour vivre quelque chose de précis … on travaille pour …autre chose que le travail lui-même !

Certains me disent : mais les bénévoles travaillent bien pour travailler, pas pour gagner de l’argent ? Ils travaillent pour rien...
Vous croyez vraiment cela ? Et bien posez leur la question, et vous verrez qu’ils travaillent pour une cause qu’ils croient juste : pour aider les démunis, pour être juste, pour être généreux, etc …
Travailler pour travailler : c’est de la folie ou le bagne !
C’est inhumain, dégradant, et de nos jours interdit sur toute la planète, par toutes les civilisations !! et pourtant ...

Si je devais intervenir devant des adolescents paresseux, je leur dirais, comme à vous, que le travail n’est qu’un moyen, pas une fin en soi.
Par contre, pour eux, j’ajouterais « le travail, même si ce n’est qu’un moyen, est le plus important de tous les moyens sans lequel vous n’arriverez à rien ! »

Une infirmière, qui accompagne les malades en fin de vie, m’a dit un jour :
« Je n’ai jamais entendu personne sur son lit de mort regretter de ne pas avoir travaillé une heure de plus dans sa vie, jamais !... Par contre, le nombre de personnes qui, dans leurs dernières paroles, regrettent de ne pas avoir assez parlé à leurs proches, ne pas avoir assez aimé, ne pas avoir assez écouté, etc… !

Vous allez me dire : Oui, mais le travail est une condition essentielle de la dignité de l’homme, regardez les gens qui sont au chômage !!!

Certes, les hommes sont égaux en droit et en dignité, mais pas dans le travail....
- Demandez à des gens qui sont rentiers et milliardaires et qui, par conséquent, ne travaillent pas, s’ils ont perdu leur dignité ?
- Demandez à un gagnant du Loto qui s’arrête de travailler s’il perd sa dignité ?

Ce n’est pas le travail qui fait la valeur du travail, c’est l’humanité !

Kant définissait la dignité ainsi : « la dignité, c’est la valeur de ce qui n’a pas de prix ! »
Selon Kant, le travail n’est pas concerné par la dignité puisqu’il a un prix.
A tel point que tous les travaux ne se valent pas, et n’ont pas la même valeur marchande, ni le même prix.
Pourtant une femme de ménage ou un chef d’entreprise ont la même dignité, quoiqu’on en dise ou qu’on en pense...

Donc, le travail n’est pas une valeur,
car une valeur (le respect, l'engagement, l'hônneteté, la transparence, etc...) n'a pas de prix.
Or, le travail lui, comme nous l'avons déjà dit, à un prix !!!

Par contre le travail doit avoir un « sens »...qui, lui, doit avoir une vraie valeur morale ! ….mais quel sens ?



Vous pouvez découvrir dans un autre billet la signification du mot SENS...

Allez, au plaisir de vous lire...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.point-fort.com/index.php/trackback/37

Haut de page